Arrow down

De peau de bovin à cuir pour meuble

30-08-2017

Comme la fabrication de meubles, la production de cuir est un art qui existe depuis des siècles. Tout commence bien entendu avec des peaux fraîches, que la tannerie achète directement aux abattoirs. Ces peaux doivent être traitées dans les 24 à 48 heures dans la tannerie. Une bonne logistique et un bon refroidissement revêtent donc une grande importance pour préserver la meilleure des qualités. Nos tanneries évitent de saler les peaux autant que faire se peut, compte tenu de l'impact environnemental de cette technique. Mais comment se déroule le processus de transformation d'une peau en cuir ?

Nettoyage

Dès que les peaux arrivent, il apparaît très clairement qu'elles proviennent de bovins... Il y a encore des poils sur la fleur, mais aussi des restes de graisses et de viande de l'autre côté. C'est pourquoi les peaux sont directement immergées dans des cuves immenses que l'on peut comparer à de grandes machines à laver. Elles y sont lavées, trempées et dépilées. Ce processus dure une journée, parfois plus. Après être passées par ce processus, les peaux sont dites « à nu ». Il ne reste en effet plus qu'une peau nue, sans poil. À l'aide d'une écharneuse, les restes de viande et de graisse sont complètement éliminés.

La découpe

Après le nettoyage, les peaux ont encore l'épaisseur qu'elles avaient lors de l'abattage. Et elles n'ont pas partout la même épaisseur. Pourtant, c'est essentiel pour bien pouvoir travailler le cuir. C'est pourquoi la peau est tranchée une ou deux fois horizontalement avec une grande précision pour obtenir trois couches : la couche inférieure, intermédiaire et supérieure. C'est ce que l'on appelle la « découpe ». Seule la couche supérieure, la fleur, est utilisée pour nos meubles. Cet « épiderme » présente en effet la meilleure qualité. Les autres couches ont souvent d'autres applications, par exemple pour du cuir technique ou comme doublure.

Tannage

Normalement, la nature dégrade les peaux grâce aux bactéries. Pour que le cuir y résiste, après la découpe, il est à nouveau immergé dans les cuves avec un tannin. Ce tannin se lie à la structure fibreuse de la peau et convertit les protéines en fibres durables. Ce faisant, les bactéries ne considèrent plus le cuir comme de la peau et ne l'attaquent plus. Le résultat : une belle peau bien lisse. À partir de cette phase, on ne parle plus de peau, mais bien de cuir.

Sélection et fendage

Après le tannage, le producteur trie le cuir en fonction de sa qualité. Il est réparti en plusieurs catégories, notamment en fonction de l'uniformité et du nombre de cicatrices, d'imperfections naturelles, de trous et de bien d'autres éléments encore. Vient ensuite le fendage de la peau. Ce processus assure une épaisseur constante, ce qui permet de bien travailler le cuir. La peau du côté intérieur est fendue très finement, jusqu'à un dixième de millimètre.

Coloration de base et séchage

La première étape pour obtenir la couleur finale que l'on retrouve sur le meuble est la coloration en cuve. Le cuir est immergé dans de grandes cuves avec des colorants transparents de qualité qui imprègnent complètement le cuir. Après la coloration, il s'agit de sécher le cuir. Le séchage se déroule lentement pour éviter les effets indésirables de raideur sur la peau naturelle et obtenir un résultat optimal.

Foulage

Le séchage durcit le cuir. Cette peau « dure » est appelée « croûte ». Malheureusement, sous cette forme, il est impossible de travailler le cuir pour le placer sur un meuble. Ne parlons même pas du confort procuré. Grâce à un assouplissement à la machine – le foulage, dans le jargon – le cuir retrouve douceur et souplesse. L'humidité et la température sont contrôlées de manière proactive et avec soin.

Finition

Le cuir approche désormais progressivement de sa forme finale. La dernière étape à la tannerie est l'application de la couche de finition. Les possibilités sont pléthore. On les regroupe le plus souvent en trois catégories : finition aniline, semi-aniline et pigmentée.

Contrôle final

Après les processus intensifs de tannage, d'après tannage et de finition, principalement effectués à la main, un contrôle rigoureux s'impose. Les contrôleurs de la tannerie examinent minutieusement le grain, la couleur, l'épaisseur, la sensation procurée au toucher du cuir, la finition, les propriétés techniques et les imperfections inattendues.

Le responsable de la qualité de Leolux contrôle les peaux une à une à la tannerie. Ce contrôle garantit :

  • une pression saine sur le fournisseur ;
  • la possibilité d'apporter de légères modifications techniques requises pour assurer la perfection du cuir de Leolux ;
  • les délais de livraison du cuir et donc aussi du meuble dans son ensemble.

Après approbation par notre responsable de la qualité du cuir, plus rien n'empêche un transfert vers Venlo. À l'arrivée à l'usine de Leolux, le cuir est une nouvelle fois contrôlé par nos contrôleurs internes.

Réagir

Réactions (0)

Il n'y a aucun commentaire pour cette entrée de blog.